agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Journal de bord : Déjà 3 semaines...

Déjà 3 semaines en mer et ce soir c’est le réveillon du Nouvel An …

message de Stéphane Nédelec

"Vous devez tous être débordés avec vos préparatifs : comment je m’habille, qu’est-ce qu’on va préparer à diner … Eh bien moi, je suis bien loin de toutes ces préoccupations, car pour moi le temps s’est arrêté … J’avance sur mon parcours et c’est tout ce que j’ai en tête. Cette semaine, grande satisfaction, j’ai réalisé que j’avais déjà parcouru 1/3 de la route totale … Ca me motive énormément de voir que je progresse.

Lorsque je vous ai laissés la semaine dernière, je n’avais pas encore ouvert mes paquets de Noël, car j’étais encore sous le coup de mon chavirage… L’état des lieux du bateau après retournement et le rangement m’ont pris beaucoup de temps. J’étais éreinté et je vous avoue que je n’avais pas trop le cœur à la fête. Le soir du réveillon de Noël, je me suis fait un Bœuf-carottes lyophilisé froid (eh oui, plus de feu pour allumer ma gazinière …) et une délicieuse tarte au citron mais comme je tombais de fatigue, j’ai remis l’ouverture de mes cadeaux au lendemain, le jour de noël. Une fois un peu plus reposé, j’ai pu enfin profiter du moment, avec plein de surprises auxquelles, je ne m’attendais pas, mais j’ouvre chaque paquet avec parcimonie car tout a vite fait de se renverser, chaque chose ayant sa place, il faut être très méticuleux …J’ai particulièrement apprécié les petits mots (mes neveux Tristan et Alexia veulent que j’arrive premier de l’autre côté, il va falloir que quelqu’un leur dise que ça ne va pas être possible … ), les photos de ma famille et de mes amis, les gâteaux chinois … avec les petits messages à l’intérieur (une première pour moi), la mignonette de Ricard (que j’ai ouvert en fin de semaine pour me prendre un petit apéro face au coucher de soleil … Moment très sympa), des bonbons en pagaille, notamment des Car-en-sac (mes préférés) et des mini Toblerone - d’excellents boost moral et un régal ! Le 25 midi, je me fais plaisir avec une bonne plâtrée de spaghettis bolognaise « froide » mais ça va, je m’y habitue plutôt bien, il faut dire qu’il fait tellement chaud ici. Il faut juste que je prévois un temps de préparation un peu plus long pour mes plats lyophilisés : 30 min dans l’eau froide alors que 10 min seulement suffisent avec de l’eau chaude. Je téléphone à Anne-So et aux enfants qui sont chez ma mère. Ça me fait un bien fou de les entendre me raconter leur Noël, leurs cadeaux, pendant quelques instants, je me sens presque avec eux … Mais je reviens vite à ma réalité, balloté entre 2 vagues.

Petit check physique : je m’aperçois que je me suis entaillé le menton lors de mon retournement, rien de grave, mais je sens quand même la plaie. J’ai de nombreuses cloques aux mains et des escarres ouverts au niveau du fessier … Et ça c’est très très douloureux, au point que je redoute d’aller prendre position sur mon siège de rame à chaque vacation. De même je ne peux pas tenir plus de ¾ d’heure assis, la douleur est trop vive, je peux même dire que c’est un supplice … Je rame donc plus souvent mais sur des durées un peu plus courtes pour soulager mon derrière … Il fallait quand même que je vous parle de mes petits soucis physiques sinon vous vous diriez que tout est vraiment trop facile !!!

Cela fait maintenant 3 semaines que je suis parti et je vis des trucs de dingue tous les jours … Je répare des choses que je ne savais pas que je pouvais réparer. Ne t’emballe pas Chérie, je ne suis pas devenu bricoleur pour autant …. Pour l’instant, je vis vraiment une super aventure. L’autre jour, j’ai assisté à une scène extraordinaire à moins de 2 mètres de mon bateau. Tout à coup, j’ai vu une daurade sauter hors de l’eau, puis un poisson d’environ 1 mètre avec un aileron (je ne connais pas cette espèce, un genre d’espadon) sauter à sa poursuite, ouvrir une belle mâchoire et croquer la daurade en plein vol, le sang a giclé … La daurade n’a pas survécu, l’autre poisson n’en a fait qu’une bouchée. Une véritable scène de vie de mer … Bluffant ! J’ai aussi de nouveaux compagnons de route depuis quelques jours : 2 puis maintenant 4 daurades coryphènes (daurades bleu – vert métallisé avec des bandes dorées et une longue nageoire dorsale) accompagnent NED comme des gardes du corps ! Normalement ça se nourrit de petits poissons mais je vous avoue que je ne suis pas trop rassuré à l’idée de devoir retourner gratter ma coque - Bon ce n’est pas prévu tout de suite … Ouf ! En tout cas, c’est magnifique !

Je passe de plus en plus de temps à régler mon bateau, et je m’aperçois que ça me permet d’être plus efficace (plus précis dans ma trajectoire et plus rapide). Pour être totalement honnête au début, je pensais que ça ne servait pas à grand-chose mais en fait on gagne un temps précieux … Finalement je vais peut-être me mettre à la voile en rentrant alors que j’y étais assez réfractaire jusque-là … . Depuis que je m’applique plus sur mes réglages, j’arrive à faire des pointes à 2,3 – 2,5 nœuds.

Ça y est, je suis barbu, je ne me suis pas rasé depuis le départ, je ne sais pas si je tiendrai jusqu’à l’arrivée mais je me photographie régulièrement pour suivre ma transformation !

Jeudi soir, Dominique, mon routeur, m’annonce des conditions difficiles pour la nuit et un risque de nouveau chavirage, ça m’angoisse un peu, je n’ai pas du tout envie de revivre cette expérience … Je fais donc un grand rangement, je ferme bien tous mes hublots même si c’est beaucoup plus compliqué pour respirer à l’intérieur, je suis torse nu et je transpire déjà. Je me couche avec appréhension. Finalement je ne me retournerai pas, mais je n’ai quasiment pas dormi, car j’étais sur le qui-vive à chaque instant. A un moment, j’ai cru que le bateau était en train de se retourner, j’ai donc sauté dans mon carré pour me préparer à faire la technique du hamster, mais finalement pas eu besoin. Bref une nuit très courte en terme de sommeil, très agitée et tout sauf sereine. Je me rends compte qu’il y a une lame de fond qui va du Nord vers le Sud et que les courants viennent s’y heurter, ce qui créé des vagues continuellement désordonnées sans réelle cadence, des remous, des creux … Bref une mer capricieuse !

Bilan de la semaine : je suis content et même très content. J’ai bien progressé en distance (déjà plus d’un 1/3 de fait) et en expérience, je continue à me faire plaisir. J’ai renoncé à faire sécher mon matelas (à l’intérieur, rien ne sèche c’est trop humide et à l’extérieur, avec les paquets d’eau que l’on reçoit constamment, c’est impossible), je l’ai donc découpé pour me faire des coussins supplémentaires que je mets sur mon siège de rame (pour soulager mes fesses endolories). J’ai bien gagné en vitesse cette semaine, entre mes nouveaux réglages, un temps de rame un peu plus long (6h à 6h30 par jour) et un bateau plus léger (je me suis tout de même délesté, malgré moi, de mon ancre et de 50 mètres de bout -soit pas loin de 40 kg- lors de mon chavirage la semaine dernière). Bref, l’aventure continue dans de bonnes conditions pour moi. Je n’ai toujours pas de réchaud mais ça ne me gêne pas plus que ça.

Je vais devoir vous laisser car moi aussi j’ai une soirée à préparer, je ne sais pas encore si je sors ou si je reçois à bord. La suite au prochain épisode.

Bon réveillon à tous. J’ai une grosse pensée pour Anne-So, mes enfants, ma famille et mes potes qui, pour la plupart, sont à la maison ce soir.

Merci pour vos messages.

Levez un verre à ma santé ce soir, j’en lèverai un à la vôtre. A très bientôt."

Stéphane