agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Journal de bord - 28 janvier : Arrivé (enfin !) après 6 semaines 5 jours et 16 heures

Et voilà, l’aventure de Stéphane se termine après 47 jours et 16 heures seul en mer. Il ne lui reste plus qu’à nous raconter sa dernière semaine encore riche d’aventures nouvelles...

"Lundi dernier, j’ai à nouveau harponné un poisson, à tâches violettes cette fois (espèce ???) et j’ai filmé l’événement avec ma GoPro pour confirmer cette nouvelle prise aux moqueurs suite à mes péripéties avec la traine ... . Lorsque j’ai eu Quentin mon fils ainé au téléphone, je lui ai décrit ce que j’avais pêché et lui ai demandé de regarder sur Internet ce que ça pouvait être … Il n’a pas trouvé mais il m’a dit que dès qu’il y avait des tâches violettes, les poissons étaient considérés comme non comestibles voire toxiques … Trop tard, je l’avais déjà cuisiné en croûte de sel et m’étais régalé. D’ailleurs en voulant le cuisiner, j’ai déversé la totalité de ma salière dans ma gamelle sans le vouloir, j’ai donc dû rincer mon poisson à l’eau douce, si précieuse … Bref tout cela m’a bien occupé … Mais ne m’a pas découragé … Et tant mieux parce que c’était vraiment un régal. Bon maintenant il va falloir que je me passe de sel jusqu’à la fin de mon périple. Il n’y a pas péril en la demeure, je vous avoue que je ne cuisine pas tous les jours … .

J’ai eu un gros coup de stress un soir. En sortant de ma cabine, je vois tout près de moi un énorme cargo. J’avais l’impression qu’il m’arrivait droit dessus … Difficile d’évaluer les distances mais je dirais qu’il est passé à 200 mètres de moi, c’était vraiment impressionnant … Je me suis même demandé s’il fallait que je déclenche une balise pour lui montrer que j’étais là … Finalement plus de peur que de mal, nous nous sommes croisés sans souci. On s’est même fait un signe de la main avec un marin.

Jeudi soir, spectacle exceptionnel ! j’ai eu la chance d’assister au lancement de la fusée Ariane 5 depuis l’océan. Impressionnant. Je me suis cru, l’espace d’un instant, dans un film de science-fiction.

Côté navigation, les derniers jours m’ont réservé des sensations diverses. Je suis passé de conditions parfaites, me permettant d’atteindre une vitesse de 3,5 nœuds (jusqu’à 4 nœuds parfois – un record !) à un vent de Sud-Est m’empêchant de remonter suffisamment au Nord. Après une demi-journée, mercredi, à ramer contre le vent, direction Nord, le vent a tellement tourné que j’ai dû ramer une demi-journée vendredi après-midi plein Sud !!! Un peu frustrant, mais en même temps, ce sont les joies de la navigation… Et je savais qu’à 1 journée près, j’allais en terminer avec cette superbe traversée.

Je suis arrivé finalement le samedi 27 janvier à 3 heures 13 minutes et 20 secondes. Quelques heures avant le passage de la ligne virtuelle, j’étais en communication régulière avec le bateau récupérateur (impossible d’accoster à Kourou directement avec mon embarcation, les courants contraires sont trop forts) pour donner ma position précise et une estimation de mon heure d’arrivée. Vers 21h vendredi, j’effectue un dernier virement de bord. Je dois pouvoir prendre un cap au 280, 285 max, ce qui n’était pas garanti car de forts courants portent au Nord. Ça marche ! je vérifie et porte ma position sur la carte toutes les demi-heures. A 6h de l’arrivée, je commence à profiter de ce moment particulier. Et en plus, j’avance à environ 3 nœuds, ça va vite !
La nuit est tombée depuis longtemps. Je ne peux donc pas apercevoir de loin le bateau récupérateur sur lequel se trouvent Anne-So et Vanina. J’apprends par sms qu’ils ne sont pas loin. Je finis par voir les feux de navigation, je les contacte par VHF. Ça y est, je vais enfin voir de vraies personnes, ce qui ne m’est plus arrivé depuis un peu plus de 6 semaines !

Quand ils me rejoignent, je suis très heureux. Mais je ne suis pas encore complètement libéré. Je dois franchir la ligne. Je savoure ces derniers instants. Je sens une grande joie m’envahir au fur et à mesure que j’avance.

Je consulte mon GPS portatif toutes les 30 secondes. Ça y est, j’y suis ! Sur le bateau récupérateur, Anne-So, Vanina et 5 autres personnes à bord (dont Nico le premier skipper à être arrivé) entonnent un compte à rebours : 10, 9, 8,…, 3, 2, 1. Une corne de brume retentit. Je déclenche une fusée rouge (normalement qui sert à se signaler en cas de détresse), je lève les bras au ciel et je crie comme pour libérer un trop plein de bonheur intense.

Tout va vite ensuite. Je lance le bout de remorquage et le pilote du bateau, Loïc, un virtuose, se rapproche suffisamment pour que je puisse monter à bord. Je salue tout le monde et je serre fort dans mes bras Anne-So et Vanina. Je retrouve déjà un peu de civilisation et je déguste avec grand plaisir une bière bien fraîche pour célébrer l’événement.

La vidéo de l’arrivée va rester dans mes favoris pendant quelques temps je crois. Je la poste sur Facebook dans quelques jours. Un grand mélange d’émotions : la joie de la réussite de cette aventure qui a débutée il y a 14 mois, le soulagement de l’arrivée, le bonheur de retrouver mon épouse, une petite tristesse que cela s‘arrête aussi… Anne-So a été un soutien sans faille tout au long de cette aventure. C’est tellement précieux de pouvoir me reposer sur elle pour me concentrer sur ce que j’ai à faire dans le maniement du bateau, les décisions à prendre en termes de cap et de route, …

Le soir de l’arrivée, Nico qui vit à Kourou, m’a préparé une soirée en l’honneur de ma traversée à l’ANK (Association Nautique de Kourou). Très très sympa. Au cours de la soirée, j’ai pu rencontrer ses amis et j’ai aussi été interviewé par la chaine d’info phare de la Guyane, Guyane Première, et suis passé au journal de 19h30 ce dimanche (l’équivalent de notre journal de 20h !!). A revoir en replay ou sur France O demain, lundi 29 janvier, à 6h45.

Aujourd’hui, j’ai passé la journée à ranger et nettoyer le bateau avant son transport en container, bien aidé par Anne-So ma femme, et mes amis Vanina et Raf qui sont venus de métropole pour m’accueillir en Guyane.

Voilà, l’aventure se termine. Vous avez été des soutiens très précieux qui m’ont permis de tenir dans les coups durs. J’ai bien heureusement eu plus de très bons moments que de mauvais ! Au final, je vais bien, pas de bobos majeurs et le plaisir d’avoir retrouvé ma ligne de jeune homme avec 9 kg en moins. Bon d’accord, quelques irritations dues à l’eau de mer résistent, mais cela va se résorber rapidement…

Cela a été pour moi un grand privilège de vivre cette nouvelle expérience. Je dois vous avouer que j’ai quand même eu le temps de penser, en ramant, à quelques idées de prochaines aventures. Bon, je vais prendre le temps de savourer la fin de celle-ci. Il me tarde de raconter de vive voix ce que j’ai pu vivre et ressentir.

A bientôt donc !"

Stéphane